Orelsan, simple et funky

Steve Morse se lance dans un ultime solo de guitare, avant de jeter son médiator en direction des premiers rangs.  Un dernier salut des musiciens, Deep Purple regagne les coulisses sous une ovation.
« Aurélien, une chanson ! » Le décompte est lancé scène Lac. La foule trépigne, s’impatiente. Elle s’enflamme lorsqu’en fond de scène, Orelsan apparaît dans un halo. «  J’suis dans l’premier Mario
À chaque fois, j’crois qu’j’ai fini l’jeu, ça repart à zéro ». San met le feu au poudre, avant l’explosion « Basique ». Aurel fait un pause, tance l’assistance. «  Vous y êtes pas là ! » Ablaye le rejoint pour rallumer la mèche. La suite ? Un set rap de haut vol parfaitement maîtrisé, dantesque et incandescent.